Chaine des Puys

Volcanic Challenge: trail running de la chaîne des Puys au Sancy!

L’Auvergne est une terre promise pour les traileurs. Des dénivelés importants, des sentiers techniques en alternance avec des chemins plus larges, des paysages splendides et préservés et bien sûr des kilomètres et des kilomètres de chemins balisés pour donner libre cour à sa foulée. Le Volcanic Challenge, un projet mis sur pied par Damien, un ultra-traileur de Volvic bien connu dans la région, a pour objet de relier en courant la chaîne des Puys au massif du Sancy. Nous avons testé ce parcours – des plus sportifs et des plus beaux- pendant quatre jours pour l’édition zéro de cette future course par étapes.

IMG_20150711_221858

Quatre étapes, entre 30 et 45 kilomètres chacune tout de même, nous attendent donc pendant ce long week-end du 14 juillet à travers les montagnes du Puy-de-Dôme. A l’initiative de Damien Poulet, nous sommes une dizaine de traileurs à nous élancer depuis Tournoël, beau château médiéval dominant les sources des eaux de Volvic, pour relier la chaîne des Puys au massif du Sancy. Un beau tour d’horizon des monts et des vallées du département est donc au programme. Un menu bien relevé aussi : au kilomètrage relativement fort s’ajoute des mètres dénivelés à la pelle et un terrain parfois technique!

De Volvic à Laschamps, la majestueuse chaîne des Puys.

IMG_20150711_100216

Tournoël et son château sont situés sur les premières hauteurs de la chaîne des Puys. Comme nous partons d’en haut, c’est une première descente qui nous attend depuis le chemin de croix (où l’on peut admirer une statue monumentale de la Vierge bénissant la vallée et même le tombeau du Christ, que l’on pensait être à Jérusalem ;-)) pour rejoindre les fameuses sources des eaux de Volvic. Des eaux qui sont connues pour venir du coeur des anciens volcans d’Auvergne : c’est justement ces « vieilles » montagnes que nous allons parcourir.

1436887019761

Sancy

1436887021880

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premiers puys s’annoncent. Nous courons, à bonne allure d’ailleurs, mais en nous attendant les uns les autres, sur le GR 441, qui fait le tour de la chaîne des Puys. Cependant, Damien, le maître de cérémonie, nous gratifie de quelques détours pour grimper tout en haut de certains monts, lorsque le GR en fait le tour. Un peu plus de dénivelé bien sûr, mais de très beaux panoramas au sommet. D’autant plus beaux que la vue est des plus dégagée en ce jour de grand soleil : ciel bleu, coups de soleil et chaleur nous accompagneront pendant toute cette rando-course.

IMG_20150711_121504

Les puys s’enchaînent donc :  d’abord des altitudes encore modestes (Col de la Nugère 860m, puy de la Coquille 1 152 m ) puis la chaîne s’élève nettement. Après avoir grimpé le puy Chopine ( 1 181 m), nous montons à nouveau vers le Pariou (1 209 m).

J’étais passé par là cet hiver et le contraste est fort entre le blanc manteau qui recouvrait alors la montagne et ce paysage de plein été. La canicule est d’ailleurs vraiment sensible: si le vert reste dominant, les herbes quelque peu grillées donnent une touche de jaune plutôt inédite sur les volcans d’Auvergne.

IMG_20150711_221622

La dernière montée du jour s’annonce : c’est bien sûr vers le puy de Dôme, le seigneur des lieux, que nous cheminons. Le chemin en escaliers ne nous permet plus de courir, et chacun monte à son rythme. Le temps d’admirer le site au sommet, et nous filons dans la descente du chemin des muletiers, pour atterrir à Laschamps, où un bien joli bivouac nous attend, avec une vue imprenable sur le puy de Dôme. La nuit sera douce, même si ici la température descend tout de même un peu en soirée.

Laschamps – Le Mont Dore : de la chaîne des Puys au massif du Sancy.

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner champêtre, nous reprenons le GR441 là où nous l’avons quitté.

Nous retrouvons un terrain où il fait bon courir et où les pentes s’enchaînent avec rythme : le puy de Lassolas ( 1 187 m) , le puy de la Vache (1 167 m)  nous attendent notamment. J’ai eu pas mal de difficultés hier à suivre le rythme de mes amis auvergnats : après un mois de pédalage intensif sur les routes irlandaises (j’ai effectué la splendide Wild Atlantic Way à vélo, suivant toute la côte ouest irlandaise), la reprise de la course à pied n’est pas sans douleur et je suis aussi sans doute un peu fatigué. Qu’importe, je teste mes jambes ce matin, en tentant de suivre le rythme de Régis, qui caracole en tête du groupe (vu son niveau et son palmarès, ça n’a rien d’étonnant) : durant les deux premières heures, ça va d’ailleurs plutôt bien, mais une petite erreur de parcours, qui fait que nous devons galoper pour rejoindre le reste du groupe, finit de réveiller mes courbatures. Je suis cuit et je vais avoir bien du mal à avancer le reste de la journée!

IMG_20150712_111159

Ainsi, après avoir dévalé le puy de la Vache, et alors que le terrain se fait plus plat, je n’arrive plus guère à courir. Le soleil tape aussi vraiment fort sur la vallée. Mes compagnons m’attendent à  Saulzet-le-froid pour le pique-nique, je les laisse partir devant ensuite.

Nous suivons le GR441 jusqu’au lac de Servières. Il y a foule : la baignade est sans doute plus indiquée que la course à pied par cette température ! Nous nous engageons ensuite sur le GR 30, qui relie les lacs volcaniques du puy de Dôme, en lisière de forêt puis sur un tout petit sentier en balcon. Mes compagnons sont désormais loin devant, et même si j’admire la vue et la belle floraison qui bordent le sentier, j’ai bien du mal.

IMG_20150712_225804

Comme Philou m’attend au lac de Guéry , juste avant le Mont-Dore, je m’arrête là. 34 kilomètres c’est suffisant pour aujourd’hui. Les plus courageux, ou les plus motivés ajoutent une boucle de neuf kilomètres à ce total, pour aller, toujours sur le GR30, jusqu’au lieu-dit Sagnove au Mont-Dore , où nous attend Mylène, elle aussi traileuse, qui tient avec son compagnon un « lodge » blotti au creux des montagnes, dans un endroit des plus calmes. Nous allons bivouaquer dans le jardin pour ces deux prochaines nuits.

Les vallées glaciaires du Sancy.

Le lendemain, c’est un tour par les trois vallées glaciaires du Sancy que nous a concocté Damien : nous repartons sur le GR 30, depuis la vallée de la Dore, à l’assaut du Capucin. La montée est assez régulière et progressive. Je suis un peu plus en forme que la veille. Nous profitons tous, au sommet, de la vue, encore magnifiquement dégagée, avant d’apprécier le chemin de crête. Le terrain est assez technique.

1436887020785

Nous descendons ensuite jusqu’à la station de ski de Chastreix : on ne peut pas dire qu’il y ait grand monde en ce jour de grosse chaleur, mais c’est surtout pour reprendre de l’eau – nous buvons bien sûr beaucoup- que nous passons par là. Nous quittons cependant vite la station et ses installations métalliques, pour rejoindre une zone bien plus sauvage: la vallée de la fontaine salée offre en effet de vastes espaces très préservés.

IMG_20150713_131450

Tout au fond de la vallée coule une source d’eau ferrugineuse, près de laquelle nous prenons une agréable pause pique-nique. Nous profitons de la belle lumière, et du cours d’eau, pour nous reposer un peu avant d’entamer une longue montée qui nous fera rejoindre le Puy Gros, tout proche du Sancy 1 886 m) . Un léger vent souffle heureusement pour nous encourager à grimper, car l’ombre est rare sur ces pentes et le soleil frappe fort.

IMG_20150713_130708

Parvenus en haut, certains optent pour une redescente « expresse » par les pistes de ski jusqu’à la station du Mont-Dore tandis que d’autres allongent encore un peu le parcours, désireux de s’entraîner pour de prochains objectifs de course. Je me contente de la première solution, étant donné ma forme du moment, et je suis bien content de partager un verre parvenu en bas ! Un peu plus tard, c’est un barbecue amical qui viendra conclure cette belle journée en montagne.

La belle ligne de crête du GR4.

IMG_20150714_171724

Le lendemain matin, branle-bas de combat assez tôt : Damien, Olivier et Cyril, qui préparent la « Traversée Chamonix-Briançon », un défi par équipe qui consiste à relier les deux villes des Alpes par le mythique GR5, participent, avant notre étape du jour, à une compétition de kilomètre vertical organisée sur les pentes du Sancy. Le reste de la troupe les attend au sommet du Sancy, point culminant du Massif central, pour les encourager.

Comme je n’ai pas trop confiance en mes guiboles pour ce 4e et dernier jour de crapahute en courant, je me contente de les voir passer une fois et prend un peu d’avance sur mes compagnons pour entamer l’étape. Cette fois-ci, c’est le GR4 qui guidera nos pas et nos foulées au long de cette journée. Le soleil est toujours au zénith et le thermomètre au firmament.

IMG_20150715_120449

Le chemin de crête qui part du Sancy pour sillonner les puys , avant de redescendre vers le col de la croix Saint-Robert, est particulièrement beau. En marchant ici d’un bon pas, je profite à fond des panoramas et des paysages offerts. Le terrain est loin d’être facile : les montées et les descentes, assez brèves et marquées, s’enchaînent.

1436887014373

Une dernière longue ascension nous attend après ce premier col : le parcours grimpe à nouveau vers la Croix Morand. Le sol est assez abîmé par l’érosion et le passage de nombreux randonneurs (nous ne sommes bien sûr pas les seuls à apprécier l’endroit, particulièrement en ce jour férié, même si le calme des montagnes règne encore) et le chemin, en réaménagement, est canalisé par des barrières pour mieux préserver ce fragile environnement. C’est parfois étroit, mais le hors piste est interdit pour ne pas abîmer la nature!

Mes amis me rejoignent juste avant la Croix Morand, qui offre une aire de pique-nique toute indiquée pour une pause déjeuner tardive. Comme j’ai déjà dévoré mes sandwichs en marchant, je reprends le chemin en éclaireur, toujours dans l’optique de ménager mes muscles et ma fatigue et pour ne pas que l’on m’attende trop à l’arrivée.

Le sentier de montagne devient alors un chemin plus large. Le paysage dévoile de vastes étendues encore vallonnées mais moins pentues : la vallée approche. Je descends seul, en pente douce, jusqu’à Pessade , un village par lequel nous étions déjà passé l’avant-veille. A la fontaine coule de l’eau bien fraîche, pour notre plus grand bonheur ! Mes amis me rejoignent ici et je termine avec eux, à petites foulées mais tout de même à un bon rythme, cette édition zéro du Volcanic Challenge. Nous descendons ainsi jusqu’aux rives du lac d’Aydat, où l’étendue d’eau rafraîchit un peu l’atmosphère encore très chaude de ce début de soirée.

Un peu plus tard, après une baignade bien appréciée pour certains ou juste un trempage de mollets pour d’autres, nous conclurons ce week-end de course à travers les puys par un dîner amical et agréable dans la toute nouvelle auberge Entre lac et volcans, à Aydat la Cassière, au son des feux d’artifice !


Auvergneauvergne nouveau mondechaîne des puyscompétitionsdamien pouletMassif du sancyparc naturel régional des Volcans d'Auvergnepuy de dômepuy de Sancytrailvolcan

Sylvain Bazin • 21 juillet 2015


Article précédent

Article suivant

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié / Les champs requis sont marqués *

Live Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.