DSC07983-001
6

Nivologie

Difficile de parler simplement d’un phénomène aussi complexe; aujourd’hui je vous propose une petite explication sur le phénomène « neige et avalanches », sujet qui aurait pu trouver sa place dans « le coin des spécialistes », mais vu la neige en ce moment ca vaut le coup de vous présenter cela, pour bien expliquer qu’il n’y a rien de surnaturel avec les avalanches. C’est « juste » complexe! Alors désolé d’être sérieux, promis je ne recommencerai plus, et du coup quelques photos sympa pour aider à faire passer cet article …

vent en montagne, lundi dernier:

gros gros ski

Une avalanche, c’est une couche de neige qui glisse. Si elle glisse, c’est qu’il y a un support dessous, qui était « glissant ». Ce peut être le sol, ou une autre couche de neige qui a une consistance différente. Pour cette fameuse « consistance », plusieurs paramètres l’ont rendu ainsi: le vent, la température, l’humidité, la pression.

La neige sur la route, un autre risque!

DSC07911

Pour commencer par la plus simple, voyons la « neige de printemps ». C’est de la neige qui est uniforme, tout l’épaisseur du manteau neigeux a été traversé par de l’humidité que ce soit à cause de la fonte, (chaleur/soleil) ou de la pluie. On appelle cette neige du « grain rond », cette neige pèse de 350 à 500 kg/m3. Dans une telle couche de neige, si « l’eau liquide » qui est à l’intérieur du manteau neigeux est présente en faible quantité, il se produit un « effet ventouse » entre ces grains ronds et ils sont donc bien « collés » ensemble. (on parle de cohésion capillaire). Si la quantité d’eau liquide augmente, l’effet inverse va se produire et la neige va se transformer en « soupe » qui va pouvoir donner des « avalanches de fontes ». Pour skier, c’est très simple. Quand la neige est dure (si regel ou juste si le ciel était dégagé la nuit) la neige va durcir en surface (hauteur proportionnelle à l’intensité du froid) et le manteau neigeux va se retrouver « dur comme du béton »; la journée, quand le soleil va le réchauffer, la neige va partiellement ramollir offrant une belle « moquette » pour skier, un régal. Par contre quand le soleil tapera pendant une longue période, toute la neige durcie va finir par être molle et le risque de coulée va revenir proportionnellement. Il suffit donc d’arrêter de skier au bon moment. Le ski de printemps, c’est donc très simple à analyser!

Toinou’ en pleine analyse, mais en neige fraiche lundi:

gros gros ski4

Passons maintenant à « l’autre neige », c’est à dire cette neige qui tombe par température négative. Si elle tombe sans vent, on parle de « neige fraiche ». On imagine bien ces beaux flocons « en étoiles », (= neige qui n’a subit aucune transformation) qui grâce à ces étoiles s’accrochent facilement les uns aux autres. On parle de « cohésion de feutrage »: la neige « tient » partout, même dans les pentes raides. (même sur vos vitres de voitures quasi verticales!) Mais ces caractéristiques ne dureront que de quelques heures à quelques dizaines d’heures. Cette neige est légère, de 50 à 150kg/m3. Là en ski, un régal et peu de risques si la couches de neige fraiche est bien « accrochée » à celle d’en dessous.

Tant pis pour le fil électrique, trop beaux ces arbres remplis de « neige fraiche » !

DSC07922

Si la neige est tombée avec un peu de vent, on parle de « particules reconnaissables »: en gros vous imaginez ces étoiles mais qui ont perdu 1 ou 2 « branches » à cause de l’action du vent et des chocs en l’air entre ces flocons. La cohésion entre ces grains, dans le manteau neigeux formé au sol, est soit une « mauvaise cohésion de feutrage » si peu de vent, soit une « cohésion de frittage » avec plus de vent car plus de branches ont été coupées (100 à 200 kg/m3). Cette neige peut sembler poudreuse en ski et pourtant des départs de plaques sont possible.

S’il y a eu du vent fort, on va appeler le résultat des « grains fins », qui ont une « cohésion de frittage ». Typique des corniches/congères, 200 à 400 kg/m3.

Laura part dans le Néant de « grains fins »…

gros gros ski5

Cette neige au sol va pouvoir ensuite se transformer. Le vent peut transformer une couche de « neige fraiche » en « particules reconnaissables », ou de « particules reconnaissables » en « grains fins » puisqu’il « agite » la neige en surface. Puis intervient la température: s’il fait doux et humide, la neige se dirigera vers le grain rond, soit de la neige humide/transformée dont on a parlé au début. S’il fait froid, la neige pourra tendre vers du « grain a face plane », grains un peu comme du « sucre en poudre » qui donne une très mauvaise cohésion, puis vers du « gobelet » où il n’y a plus aucune cohésion, véritables « roulements à billes ». Donc le grand froid n’est pas un facteur qui stabilise le manteau neigeux!

On laissera de côté les explications sur le gradien de t°c, le givre de surface, le grésil et la neige qui tombe à une t° positive pour éviter de trop s’embrouiller…

Laura ressort du néant!   Quoi? il y a des « grains fins » sur l’écran?!

gros gros ski6

Toute la complexité de la nivologie intervient lorsque des couches de neige vont se superposer pour former un « millefeuille » avec différentes cohésions entre elles… A cela il faudra prendre en compte que le manteau neigeux n’est jamais uniforme dans une pente, et généralement différent suivant les orientations à cause du vent et de la quantité d’ensoleillement.

Si vous avez lu jusqu’ici bravo, si vous êtes au travail vu votre sérieux votre patron doit vous croire sur un « gros dossier »… 🙂

Je vous propose de passer à un peu de pratique avec le manteau neigeux de mardi 28/01, à 1750m d’altitude en face est.

Lorsque l’on vent savoir ce qu’on a sous les pieds, on s’arête généralement à la première couche « béton », puisqu’on considère que celle ci empêche tout départ de ce qu’il y a en dessous; ici pour l’exemple j’ai creusé jusqu’au sol.

Ah ben là c’est tout de suite moins drôle…

DSC07899-001 tracée

On distingue 4 gros « étages », les traits horizontaux sont creusés a la main pour différencier les couches: les 3 gros étages du bas sont des couches de grain rond, soit de la neige qui a pris l’humidité (c’est le moins qu’on puisse dire! ) sur toute la hauteur avant qu’il reneige par dessus; A chaque fois il s’est formé une croute de regel en surface (soit les étages « fins » entre les grosses couches), le froid est revenu progressivement, la neige de la couche supérieure est bien « collée » à celle d’en dessous; Donc ces 3 gros étages sont « bétons », ne risquent rien tant qu’il n’y a pas un très gros redoux qui les transformera en neige très molle.

Pour le dernier étage, la neige « froide » est donc la dernière neige tombée (au 28/01 je rappelle) qui n’a pas subi d’humidité, température légèrement négative, peu de vent. C’est donc potentiellement « mobilisable » suivant l’accroche avec la croute de regel et la pente. Pour la consistance: peu de vent soit entre « neige fraiche » et « particules reconnaissables » lors de la chute. Mais vent par la suite soit possibles « grains fins » . On se pose donc la question de la solidité de l’accroche entre ces 2 couches qui détermine donc la stabilité de cette couche mobilisable:

Voici un test de « coin glissant », c’est à dire que j’ai creusé partout autour d’une plaque de 1m2 pour l’isoler du reste du manteau, puis tapé dessus jusqu’à ce que cela décroche. Plus c’est difficile a faire décrocher et plus c’est stable bien sur. (photo prise d’au dessus cette fois; désolé, ca aurait été plus clair avec la même vue…)

DSC07903-001 tracée 2

La neige était tombée sans vent, puis une fois au sol il y a eu un peu de vent. En premier temps une couche de 5 cm, couche « a », est descendue assez facilement; donc ici petite instabilité sur les 5 premiers cm; Puis et tapant fort la couche « b » est partie, environ 20 cm, mais vu la force qu’il a fallu y mettre cette couche ne partirait probablement pas avec un skieur. La couche « c » n’a pas voulue bouger, bien stable.

On estime donc ici qu’il y a un risque de déclenchement sur 5 cm. MAIS la difficulté avec la neige est qu’elle ne se pose pas uniformément… En effet, ce jour-ci sur les versant ouest 0 cm à risque, et sur les versants N 10 ou 15 cm… et dans cette même pente on pouvoir aussi des différences a 10m d’écart!

Vent-humidité-température: parfois du givre!

gros gros ski3

La difficulté est donc d’analyser tout ca suivant les versants, les pentes, le relief, etc… Ces derniers jours les chutes de neige se sont effectuées avec assez peu de vent, il n’y a pas eu de grand froid, on peut estimer que jusqu’à dimanche soir le manteau était assez peu instable: les risques étaient probablement assez localisés. Mais lundi le vent de sud a soufflé fort, causant beaucoup de transport de neige et formant donc très probablement des « plaques a vent » majoritairement au nord, mais avec les tourbillons plus ou moins de l’ouest à l’est (en passant par nord bien sur).

Ces plaques étaient cependant assez bien « accrochées » à la neige d’en dessous (pas de couche fragile), alors toujours pas trop instable avec le simple poids d’un skieur; dessus il est tombé 10 cm de neige lundi soir, puis mercredi 15cm mais vent en tempête…

Résultat ce mardi: fini la poudreuse! La montagne est quasi uniformément recouverte de plaques à vent très denses. Les pisteurs ont déclenché préventivement de belles avalanches au nord, est et ouest; Pas sur que le poids d’un skieur puisse faire partir ces plaques, il n’y a pas de couche bien fragile en dessous, mais dans un endroit bien défavorable rien n’est impossible!  Avec les mines magnifiques résultats, et cette neige est quand même mieux en bas qu’en suspend… ci dessous a regarder en grand, l’avalanche arrive vers le bas.

video avalanche declenchement pas ane Y

De vrais belles plaques!

DSC08025

Si vous avez lu jusque là, c’est vraiment que vous aimez la neige… moi quand c’est comme dessous je l’aime encore plus!

DSC07983-001

Hier assez beau et doux, cette nuit bonne pluie à 1100m avec 3.8 degrés; il est donc bien probable que le manteau neigeux s’humidifie à toute altitude: là pour le coup entre la neige en surface qui se mouille et celle en profondeur qui n’est pas encore atteinte, il y a une vrai différence de structure… je vous laisse conclure! Et par la suite le froid aidera a stabiliser tout ca…

En espérant que cela vous aura servi/ intéressé!

Lundi matin le risque d’avalanche sera nul devant votre ordi à 9h, et pourtant vous verrez tomber des paquets de neige! Nous irons aux Estables pour faire une soirée sacrément sympathique… Prenez vos raquettes et votre lampe frontale: nous partons pour la Veillade du Mézenc!

Bon we

 

 

 


François Lesca • 7 février 2014


Article précédent

Article suivant

Commentaires

  1. frank 7 février 2014 - 9 h 22 min Répondre

    merci François de donner un peu d’occupation au handicapés.
    Et félicitations pour le reportage montagne TV « du Sancy au Groenland ». Là aussi tu m’as bien occupé une heure. Pour ceux que ça intéresse voici les horaires de diffusion : http://www.montagnetv.com/programmes/programme/34558-du-sancy-au-groenland

  2. salle MO 7 février 2014 - 9 h 34 min Répondre

    sympa ton explication!

  3. Eddi 7 février 2014 - 13 h 26 min Répondre

    La 3e photo a été prise dans quel couloir du val d’enfer? C’est le pas de l’âne?

  4. Caro 7 février 2014 - 14 h 21 min Répondre

    ouah ! et bien ma fois faut s’accrocher …. Joli l’article , du gd professionnalisme

  5. Cyrille Jallageas 7 février 2014 - 19 h 20 min Répondre

    Merci François ! Coupes, schémas légendés, analyse météo sur les quelques jours passés… clarté et pédagogie pour ce bel article!
    Pour mettre une « image » sur les différents types de grains et autres cristaux cités,
    voici un lien vers le site de l’ANENA :
    http://www.anena.org/5292-nivologie-connaissances-de-base.htm.

  6. auvergne panoramique 14 février 2014 - 19 h 41 min Répondre

    Merci de ces judicieux conseils, il est vrai que la neige est une science difficile à appréhender. Aller hop, à l’assaut de la Cabane demain ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié / Les champs requis sont marqués *

Live Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.